Conservateurs - Restaurateurs

Forum des fêlés du scalpel et du clavier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Première visite
 
Important :
depuis le 1 Août, l'inscription est obligatoire pour pouvoir poster un message.
A LIRE
Réponses et commentaires au questionnaire "peut-on effectuer un traitement "éthique" dans le cadre des marchés publics ?" par Danièle Amoroso
Derniers sujets
» Orthophosphate de potassium
par L'ivre de papier Mer 17 Mai 2017 - 15:57

» Vente Matériel suite cessation d'activité
par artcane Mer 26 Avr 2017 - 13:33

» Prochaine journée SFIIC Pierre Plâtre Terre 12 mai 2017
par Jeanne Cassier Dim 23 Avr 2017 - 7:36

» Recherche tableau moisi à restaurer
par Claude Fauville Ramaekers Mer 5 Avr 2017 - 15:00

» recoller une peinture qui s'écaille
par rmm librarii Mer 29 Mar 2017 - 8:20

» Carrefour de l'Air, Journée de Rencontre, 31 Mars 2017, MAE.
par miniscalpel Ven 24 Fév 2017 - 9:00

» A vendre matériel suite cessation d'activité
par artcane Jeu 2 Fév 2017 - 16:01

La photo du mois


Pour en savoir plus
cliquez ici


Partagez | 
 

 Du vieillissement de la bronzine . (dorure, altération, couleur, patine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
françoise
Admin
avatar

Nombre de messages : 808
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Du vieillissement de la bronzine . (dorure, altération, couleur, patine)   Sam 19 Avr 2008 - 16:20

Au XIXème siècle, voire au début du XXème siècle, il était
extrêmement fréquent, pour donner un petit coup de neuf à des bois dorés, de
recouvrir la feuille d’or (altérée ou parfois simplement salie) de bronzine. En
s’oxydant, celle-ci prend des couleurs du vert au brun foncé, en passant par un
brun plus clair : cela dépend des métaux utilisés et de leur pourcentage.
Et de ce que j’ai rencontré, en règle générale, ce vieillissement est
relativement homogène sur une même oeuvre, recouverte de la même bronzine.

Mais je suis récemment tombée sur deux os.

Tout d’abord, un tabernacle. (tabernacle à gradin, 1,7 m de haut sur environ
trois mètres de large)
Tout d’abord, fait rare, il avait reçu trois dorures au bol
successives… la dernière datant manifestement du XIXème siècle et de bien
piètre qualité. Mais l’histoire de ce pauvre tabernacle ne s’est pas arrêtée
là, tant son support, notamment, était altéré. Dans les années cinquante, M. le
curé, bien intentionné, a consolidé le bois et comblé ses lacunes avec du
plâtre. Puis, dans son élan, a entièrement recouvert la dorure de bronzine.
A première vue, j’aurais juré qu’il y avait deux bronzine
différentes. L’une, oxydée en brun orangé, relativement fine et laissant
deviner la feuille d’or sous jacente. L’autre… oxydée en brun verdâtre, et plus
opaque. Et bien sûr, de sensibilité légèrement différente aux solvants. La
première était principalement sensible à l’acétate d’éthyle, la seconde, plus
rétive à ce solvant, se solubilisait mieux au DMF. C’était donc une évidence,
M. le curé, manquant de bronzine, en avait acheté une autre, d’une marque
différente…

Pourtant, cette thèse n’a pas tenu le coup très longtemps. Si
la bronzine de départ avait été remplacée par une seconde bronzine de nature
différente, la limite entre les deux aurait été assez nette. Dans le cas
présent, bien des zones du tabernacle mêlaient les deux types de bronzine, les
coups de pinceaux semblant dans la continuité de l’une à l’autre… Et surtout,
partout où l’on tombait sur la bronzine verdâtre, se trouvait, entre celle-ci
et la dorure, une épaisse strate de peinture (à liant huileux) jaune foncé…

J’ai donc dû abandonner ma première hypothèse pour arriver à
celle-ci : les métaux de la bronzine se sont oxydés différemment selon
qu’elle se trouvait sur la dorure au bol ou sur la strate jaune à liant
huileux. Quant à la différence de sensibilité aux solvants… est-ce que ce sont
les différentes oxydations des métaux qui ont agi différemment sur le liant
huileux de la bronzine ? L’huile de la strate jaune sous-jacente aurait-elle
pu avoir une influence sur le comportement du liant huileux de la
bronzine ?






La bronzine passée directement sur la dorure - La bronzine passée sur la peinture jaune
à liant huileux





Echelle stratigraphique : dernière dorure au bol, peinture jaune, bronzine




Un coffre reliquaire(doré et polychromé, environ 50 cm de haut sur 45 de
large)

Dans ce cas, les dorures au bol ont été recouvertes de
dorure à la mixtion.
Puis, ultérieurement, des touches de bronzine ont été posées
localement, pour masquer notamment quelques usures de la dorure et des lacunes
d’apprêt. Là encore, on peut noter qu’une bronzine s’est oxydée en brun clair
et qu’elle est sensible à l’éthanol, l’autre (ou la même vieillie
différemment ?) en brun foncé, insensible à l’éthanol mais sensible
(quoique difficilement) au DMF.

Ici, faute de continuité, il n’y a pas moyen de corréler la contemporanéité de
ces touches de bronzine. De plus, s’il s’agit de la même intervention avec la
même bronzine, je n’ai par contre aucun début d’explication pour ce
vieillissement différent car nous sommes toujours sur la même strate
sous-jacente : une dorure à la mixtion… ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
françoise morin
Admin
avatar

Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Du vieillissement de la bronzine . (dorure, altération, couleur, patine)   Dim 20 Avr 2008 - 18:47

salut Françoise,

pour le cas du tabernacle à gradins, la différence de couleur entre la bronzine verte qui recouvre la couleur à l'huile jaune et la bronzine orangée qui recouvre la dorure sous jacente n'est-elle pas simplement due à un phénomène optique. la couleur chaude du bol ayant été complètement masquée par la peinture jaune, la bronzine tire plutôt sur le vert (sa couleur propre en raison du cuivre qu'elle contient). alors que dans l'autre cas, il y a un léger mélange optique des couleurs vert + brun rouge (vert et rouge sont deux couleurs complémentaires) qui au final donne un aspect orangé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
françoise
Admin
avatar

Nombre de messages : 808
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: Du vieillissement de la bronzine . (dorure, altération, couleur, patine)   Lun 21 Avr 2008 - 5:10

Merci Françoise de cette remarque. L'effet optique pourrait en effet expliquer cette couleur plus verdâtre, et c'est peut-être le cas dans les zones où la bronzine est peu épaisse. Cependant, ce n'est pas la raison globale car contrairement aux zones sur lesquelles la bronzine est passée directement sur la dorure, où la bronzine ayant peu accroché, est en fine couche, celle-ci est bien plus épaisse sur la strate jaune. Par ailleurs, la différence de couleur se vérifiait nettement sur le coton... Je vais peut-être dire une grosse bêtise mais je pensais à une réaction en fonction du PH...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
françoise
Admin
avatar

Nombre de messages : 808
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Autre exemple d'oxydation   Ven 30 Mai 2008 - 7:55

Je viens de rencontrer un nouveau cas au sujet du vieillissement et de l’oxydation de la bronzine, sur une Vierge à l’Enfant du XVIIIème siècle, en bois doré et polychromé.
La dorure au bol est entièrement recouverte de bronzine. On peut facilement observer plusieurs aspects colorés de cette strate qui pourraient dépendre de son degré d’oxydation :
- couleur brun clair brillante : bronzine très peu oxydée ?
- couleur brun foncé : bronzine oxydée ?
- couleur verte : bronzine très oxydée ?



Tout comme pour le tabernacle, on peut constater que ces zones colorées ou zones d’oxydation ne répondent de manière identique à un même solvant.
Des tests ont été réalisés à l’éthanol avec les résultats suivants :
- couleur brun clair brillante (bronzine très peu oxydée ?). L’éthanol l’enlève très facilement
- couleur brun foncé (bronzine oxydée ?). L’éthanol perd largement de son efficacité.
- couleur verte (bronzine très oxydée ?). L’éthanol n’a plus aucune action.

Par ailleurs, des fenêtres de dégagement confirment, si besoin était, que la bronzine pouvait être un ersatz de restauration : la dorure révélée sous la bronzine est, dans la plupart des zones, en très bon état de conservation, avec bien sûr, quelques zones d’abrasion ; l’apprêt était par ailleurs très peu lacunaire au moment où la bronzine a été mise en place (les ennuis sont venus plus tard dans le temps…). Dans ce cas, la bronzine a donc principalement joué, à l’époque, le rôle d’un nettoyage…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du vieillissement de la bronzine . (dorure, altération, couleur, patine)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du vieillissement de la bronzine . (dorure, altération, couleur, patine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du vieillissement de la bronzine . (dorure, altération, couleur, patine)
» ICOMOS-ISC- Glossaire illustré sur les formes d'altération de la pierre
» Altération de l'or ?
» Altération d'un livre...
» Altération des apprêts . (dorure, sels solubles, nitrates)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conservateurs - Restaurateurs :: TECHNIQUES DE LA CONSERVATION - RESTAURATION :: Examens-
Sauter vers: