Conservateurs - Restaurateurs

Forum des fêlés du scalpel et du clavier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Première visite
 
Important :
depuis le 1 Août, l'inscription est obligatoire pour pouvoir poster un message.
A LIRE
Réponses et commentaires au questionnaire "peut-on effectuer un traitement "éthique" dans le cadre des marchés publics ?" par Danièle Amoroso
Derniers sujets
» Recherche infos sur armure sergé losangé
par CM Hier à 9:58

» Votre retour d'expérience sur les biocides
par miniscalpel Jeu 8 Déc 2016 - 14:55

» vernis effet laqué ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 14:05

» Ecoles "actives" pour la restauration des tableaux ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 13:48

» Cires CM17 ou Cosmoloid H80
par Mag31 Dim 13 Nov 2016 - 10:33

» Besoin d'aide !
par wilfried Ven 28 Oct 2016 - 12:26

» Présentation
par wilfried Dim 16 Oct 2016 - 16:31

La photo du mois


Pour en savoir plus
cliquez ici


Partagez | 
 

 Le poids des maux ... sans le choc des photos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LN



Nombre de messages : 2495
Date d'inscription : 12/03/2008
Age : 49
Localisation : Gaillac

MessageSujet: Le poids des maux ... sans le choc des photos   Jeu 12 Juin 2008 - 8:21

A …, le 5 novembre 1956

Le conservateur du Musée National du Château de ….

A Mademoiselle X, Conservateur du Musée de la Ville de …

J’ai l’honneur, en réponse à votre lettre du 3 novembre 1956, de vous faire savoir que la venue à … de Monsieur Y, restaurateur agréé des Musées Nationaux, m’a amené à m’occuper de nouveau de la grande peinture accidentée « Une chasse de Henri IV en forêt de Fontainebleau ».

A différentes reprises nous avons parlé ou avons échangé des lettres au sujet de cette peinture à laquelle, vous le savez, je porte un très vif intérêt. Je me permets des résumer ici les faits afin que vous en rendiez compte à Monsieur le Maire de … qui avait si aimablement consenti au dépôt au Musée national de cette œuvre dont l’intérêt historique est certain.

Lorsque en 1950-1951 j’ai eu l’occasion d’étudier sommairement cette grande toile, elle était exposée dans la grande entrée du Parlement de Navarre. La peinture était presque entièrement soulevée et se détachait du support ; à chaque ouverture de porte ou passage de visiteurs quelques fragments tombaient à terre. Cette situation m’a alarmé d’autant plus vivement que des travaux s’effectuaient alors dans la pièce voisine de l’entrée.

Après échange de coups de téléphone avec l’Inspecteur des Musées de Province l’envoi de la toile dans l’atelier de restauration du Louvre a été décidé. Cette tentative de sauvetage a, hélas !, très mal tourné. Pour l’encollage du papier sur la toile un entrepreneur palois novice en la matière avait usé d’une colle beaucoup trop forte. Arrivée à l’atelier de restauration la peinture a subi de nouveaux accidents dus au mauvais état des locaux (inondation – variations brusques de température). Une transposition a été tentée qui a été recommencée plusieurs fois. Au terme de ces opérations longues et désespérées nous nous sommes trouvé en face d’une ruine. L’œuvre ne peut plus être exposée.

J’ai de nouveau envisagé diverses solutions avec Monsieur Y. La solution de repeindre presque entièrement la toile me paraît à proscrire. Je vais en demander le retour et la conserverai roulée dans mes réserves.

Avec cette peinture j’estime que vos collections perdent une œuvre importante. Je souhaite avec vous que la Direction des Musées nationaux la compensent en attribuant ou en déposant dans votre beau musée une peinture ou un objet de qualité. Je suis bien entendu à votre entière disposition pour intervenir à ce sujet dans le sens que vous voudrez bien m’indiquer.


J’ai eu moi-même l’occasion de voir cette « ruine » en 2002 pour en dresser le constat d’état (du moins de ce qu’il reste) et ai de la tendresse pour Monsieur Y ainsi que son prédécesseur qui a tenté la transposition. Je les ai d’ailleurs maintes fois croisé depuis que j’exerce. La lecture du dossier d’œuvre fait état de combats acharnés pour sauver cette toile dans des conditions de travail difficile (toiture qui fuit, table non disponible…). Il me semble parfois que pas grand chose ne change sous le soleil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le poids des maux ... sans le choc des photos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le poids des maux ... sans le choc des photos
» POIDS du miraj sans ballast
» Poèmes sans prétention.
» Comment se motiver pour perdre du poids?
» Poids des photos après conversion du RW2 en DNG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conservateurs - Restaurateurs :: DOCUMENTATION :: Histoire des techniques-
Sauter vers: