Conservateurs - Restaurateurs

Forum des fêlés du scalpel et du clavier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Première visite
 
Important :
depuis le 1 Août, l'inscription est obligatoire pour pouvoir poster un message.
A LIRE
Réponses et commentaires au questionnaire "peut-on effectuer un traitement "éthique" dans le cadre des marchés publics ?" par Danièle Amoroso
Derniers sujets
» Vernis carton
Programme détaillé JERI 2011 Emptypar rmm librarii Jeu 14 Mar 2019 - 17:07

» mortier de chaux expansif : poudre d'aluminium
Programme détaillé JERI 2011 Emptypar Desroches Mer 13 Mar 2019 - 15:36

» Nettoyage d'une sculpture en bronze à patine brune
Programme détaillé JERI 2011 Emptypar giovanni70 Sam 9 Juin 2018 - 18:23

» dérestauration rentoilage cire-résine
Programme détaillé JERI 2011 Emptypar disciplus simplex Ven 1 Juin 2018 - 6:26

» Marché d’étude, de conservation-restauration et de conservation préventive du dirigeable La France, Charles Renard (1884).
Programme détaillé JERI 2011 Emptypar miniscalpel Lun 28 Mai 2018 - 14:47

» OFFRE EMPLOI de DIRECTEUR gENERAL et Directeur Scientifique MUSEE TISSUS LYON
Programme détaillé JERI 2011 Emptypar marie bd Lun 18 Déc 2017 - 11:00

» Orthophosphate de potassium
Programme détaillé JERI 2011 Emptypar L'ivre de papier Mer 17 Mai 2017 - 15:57

La photo du mois


Pour en savoir plus
cliquez ici


Partagez
 

 Programme détaillé JERI 2011

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 1021
Date d'inscription : 07/02/2008
Age : 53
Localisation : Gaillac

Programme détaillé JERI 2011 Empty
MessageSujet: Programme détaillé JERI 2011   Programme détaillé JERI 2011 EmptyVen 5 Aoû 2011 - 14:25


JERI 2011

Muséum de Toulouse
4 novembre 2011
Entrée gratuite – Inscription obligatoire


PROGRAMME DETAILLE

< 8 h 30: accueil des participants.


< 9 h : petit déjeuner.


< 9 h 30 : ouverture de la séance.
- Présentation de Françoise Tollon, présidente de l’ACRMP
- Intervention de Véronique Milande, présidente de la FFCR


< 9 h 40 : début des débats.
Modérateur général : Régis Bertholon, Professeur HECR-Arc (Haute Ecole de Conservation-Restauration), Neuchâtel.


< 9 h 45 : « Identification et traitement des caoutchoucs présents dans les collections patrimoniales ».
Modérateur : Nathalie Balcar, ingénieur d'études, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF).

« Les caoutchoucs dans les collections patrimoniales. Identification et processus de dégradation des caoutchoucs ».
Recherche en cours menée par Gwenola Corbin avec le soutien du Centre National d’Arts Plastiques (CNAP).

Résumé : Ces travaux ont pour objectif de réaliser un état des lieux des élastomères conservés dans les collections muséales et de tenter de répondre aux questions suivantes : Quels types de caoutchoucs sont représentés? Comment les identifier (méthode empirique, tests micro-chimiques, analyses en laboratoire)? Quels sont leurs processus de dégradation? Quelle conservation préventive doit leur être appliquée? Ces travaux ont révélé la réelle complexité de l'identification des élastomères, leur diversité, mais aussi la question prioritaire de la consolidation.

&

« Modernisme américain : un fauteuil MAA de George Nelson, 1958.Etude, consolidation et protection de caoutchouc naturel »
Mémoire de fin d’études de François Duboisset, INP, septembre 2010.

Résumé : Un exemplaire d’un fauteuil MAA de George Nelson produit en 1958 a été restauré dans l’atelier mobilier du département des restaurateurs de l’Institut National du Patrimoine. Ce fauteuil est un exemple très représentatif du modernisme américain par sa simplicité des formes et son esthétisme recherché. Les articulations du dossier en caoutchouc naturel sont fortement fissurées suite à une exposition à la lumière couplée à l’utilisation du fauteuil. Un protocole technico-scientifique a permis d’établir une méthode de comblement réversible des fissures à l’aide d’éthylène vinyl-acétate, résine thermoplastique souple. Ce procédé a été appliqué sur les caoutchoucs du fauteuil afin de redonner une cohérence mécanique aux pièces.



< 10 h 45 : "Le Programme de Nettoyage Modulaire, une approche systématique de décrassage des couches picturales ; étude, analyse et application de la méthode".
Modération : Françoise Auger-Feige, conservateur-restaurateur de peinture, chargée d’enseignement à l’université de Paris I.

Mémoire de fin d’étude de Laetitia Desvois, spécialité peinture, Master Pro Conservation-Restauration de l'Université de Paris I.

Résumé: Le décrassage des peintures peut sembler une opération systématique et quelque peu routinière. Lorsqu’il se complique de réactions physico-chimiques (blanchiments, pertes adhésives), le praticien prend toute la mesure du caractère invasif du traitement. Le Programme de Nettoyage Modulaire a été mis au point au Getty Conservation Institute, à partir de 1999, par Richard Wolbers. Il fut élaboré sous forme de programme informatique en 2002 par Chris Stravoudis. Téléchargeable depuis Internet, il guide le conservateur-restaurateur dans une « stratégie de nettoyage efficace ». où les paramètres physico-chimiques des solutions sont évalués en amont, pour une simplification et une plus grande maîtrise des nettoyages. Lors d’un stage au Centre de Conservation de Québec, sous la direction de Michael O’Malley, j’ai été confrontée au complexe décrassage d’une peinture non-vernie : cette expérience m’a permis de mettre en œuvre cette méthodologie, et d’étudier les principes et la portée du Programme de Nettoyage Modulaire.


< 11 h 45 : "Etude et restauration d’un spécimen naturalisé et d’un squelette de lémuriens du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN). Etude et mise en place d’un dispositif de protection contre l’arsenic à l’usage des restaurateurs".
Mémoire de fin d’étude de Marie de Beaulieu, spécialité sculpture, INP.

Résumé : Deux spécimens d’histoire naturelle, un lémurien naturalisé et un squelette de lémurien (MNHN), ont été restaurés dans le cadre d’un diplôme de l’Inp. Sachant que l’arsenic fut couramment utilisé dans les muséums jusqu’au milieu du 20e siècle, la toxicité de ces spécimens fut d’abord évaluée. L’animal naturalisé s’étant révélé positif à la présence d’arsenic, un protocole de sécurité prévoyant des protections individuelles et collectives, des règles d’hygiène et de sécurité ainsi qu’un suivi médical pour le restaurateur fut conçu et mis en place. Concernant le traitement, la double destination scientifique et muséale des spécimens a guidé les choix de restauration. Le spécimen naturalisé, important du point de vue scientifique, a subi des interventions peu intrusives (dépoussiérage par aspiration, stabilisation et comblement des fentes et des lacunes) tandis que le squelette, plus adapté à l’exposition, a également subi des comblements esthétiques.


< 12 h 45 : pause déjeuner.

..............................................

< 14 h 25 : reprise des débats.
Modérateur général : Régis Bertholon, Professeur HECR-Arc (Haute Ecole de Conservation-Restauration), Neuchâtel.



< 14 h 30 : « Recherches et innovations dans la reconnaissance et traitement des insectes et microorganismes présents dans les collections publiques ».

« Une base de données consacrée aux insectes du patrimoine culturel ».
Intervention de Fabien Fohrer, entomologiste et microbiologiste au Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine (CICRP).

Résumé : Une base de données consacrée aux insectes du patrimoine culturel.
Le CICRP a dernièrement mit en ligne une base de données consacrée aux insectes dangereux pour le patrimoine culturel.
Elle est le fruit d’une collaboration entre le CICRP et l’Institut National de la Recherche Agronomique de Montpellier, afin de faciliter la reconnaissance des insectes rencontrés dans les lieux patrimoniaux.
Que contient cette base de données ?
Pour chacune des espèces d’insectes recensées, plusieurs entrées sont proposées telles que les noms communs et les noms scientifiques, les matériaux infestés, les séquences moléculaires, les clés d’identifications (dichotomiques et visuelles)…
Ces entrées renvoient toutes à une fiche descriptive pour chacune des espèces.
En plus de textes généraux sur la nomenclature, la classification et la présentation des ordres et des familles, cette base de données renseigne également, sur la reconnaissance, la biologie, la fréquence et la répartition de chacune des espèces mentionnées.
Enfin un glossaire recense le vocabulaire entomologique et technique utilisé dans la base, afin de permettre une meilleure compréhension des textes et descriptions, quel que soit le niveau des connaissances techniques ou scientifiques du consultant.
Le futur de l’identification des insectes : l’identification des insectes par l’approche moléculaire.
Une des spécificités de cette base de données est la possibilité de pouvoir identifier un insecte à partir de son ADN.
Par rapport à l’identification morphologique, l’utilisation des caractères moléculaires pour l’identification taxonomique présente de nombreux avantages.
En effet cette technique permettra la réalisation d’identification fiable de tous les stades de développement des insectes (œufs, larves, nymphes, etc.…) et la détection des espèces cryptiques (peu différenciées).
De plus il ne sera pas nécessaire d’être formé à la maîtrise des terminologies morphologiques variant selon les stades de développement et qui nécessitent une longue expérience.
Pour atteindre ce but nous établissons actuellement une banque de données à partir de séquences d’ADN extraites de spécimens exactement identifiés par des entomologistes.
Dans quelques d'années nous pensons que cette technique permettra l'identification des insectes de manière routinière. Les techniques de séquençage de nouvelle génération permettront la production de millions de séquences instantanément, ce qui induira la réduction des coûts d’identification.


&

« Singularité des spécimens naturalisés dans les collections d’art contemporain »
Intervention de Grazia Nicosia, conservateur-restaurateur d’œuvres peintes et art contemporain.

Résumé : Les matériaux qui sont façonnés et assemblés par les artistes contemporains sont très variés. Nous pouvons trouver par exemple du pain (Raymond Waydelich), du chocolat (Dieter Roth), des insectes séchés (Jan Fabre), des spécimens naturalisés (Maurizio Cattelan) ou même des matières fécales (Gérard Gasiorowski). Ces œuvres, de par leur nature, sont très attractives pour les insectes ravageurs et sont la plupart du temps infestées de manière cyclique. Souhaitant identifier la particularité des infestations en art contemporain, une enquête quantitative a été réalisée dans le but de cerner les mécanismes d’infestation au sein des institutions patrimoniales françaises. L’analyse des résultats révèle une corrélation entre la nature de l’infestation, son appréhension et les thèmes de la collection. Cette étude factuelle permet de mieux évaluer la gestion des risques des institutions et leurs probabilités d’infestation suivant le type d’institution. Nous avons pu ainsi constater les traits typiques des collections d’art contemporain et de leur infestation en mettant en exergue le fait qu’un l’insecte n’est pas qu’un ravageur, mais parfois un constitutif de l’œuvre.
Keywords : comportement typique, infestation, thème de la collection, gestion des risques


&

« Utilisation de substances biocides et répulsives pour la protection du patrimoine culturel"
Intervention de Virginia Gisel De Billerbeck, Docteur en microbiologie, chargée d’études et de recherches en conservation, spécialisé en microbiologie et conservation préventive, Pôle biologie/environnement, BNF – Département de la Conservation-Laboratoire.
Ce travail é été réalisé dans le cadre de son activité de consultant indépendant chez ELIOS Cabinet Conseil.

Résumé : Les moisissures se développent sur des matériaux organiques sensibles, comme par exempl, les documents graphiques et les toiles peintes, lorsque les conditions environnementales sont favorables. La première mesure consiste donc à contrôler le climat des collections (température et humidité relative). En parallèle, la diffusion d’huiles essentielles permet d’assainir l’air et de limiter la propagation des spores de moisissures. Cette étude présente les tests in vitro et in situ qui ont permis de formuler et de valider un produit à base d’essentielles antifongique et non toxique par inhalation, pouvant ainsi être utilisée pour le traitement préventif de l’air intérieur. Le suivi de l’aérobiocontamination dans un magasin d’archives et dans un atelier de restauration de musée a montré que la diffusion d’huiles essentielles dans des conditions de confort olfactif, permet de maintenir une très bonne qualité de l’air intérieur du point de vue microbiologique.
L’étude de l’effet répulsif et insecticide des huiles essentielles et autres molécules vis-à-vis d’insectes est en cours de validation en collaboration avec le CICRP. Les premiers résultats de cette étude, ainsi que le suivi du piégeage d’insectes dans un musée après la diffusion d’une composition d’huiles essentielles répulsive, seront également présentés.



< 15 h 30 : « Nanoparticles for cultural heritage conservation : calcium and barium hydroxide nanoparticles for wall paintings consolidation”.
Modérateur : Stéphanie Duchêne, assistant ingénieur de recherche du LRMH, Laboratoire des Monuments Historiques -section peinture murale.

Intervention du Dr Rodorico Giorgi du Département de Chimie de l’Université de Florence.
Traduction : Antoinette Sinigalia.

Résumé : Les nanotechnologies sont de nouveaux matériaux aux caractéristiques idéales pour la consolidation et la protection des peintures murales. Plus particulièrement, les nanoparticules d'hydroxyde de calcium et de baryum constituent des outils polyvalents et très efficaces pour inverser leur processus de dégradation. La couche picturale est à l'interface du mur et de l'environnement extérieur, elle subit fortement les altérations causées mécaniquement ou chimiquement par la cristallisation de sels solubles. Ces effets sont accrus si un adhésif a été appliqué en surface lors de traitements anciens de restauration. Les polymères, principalement les résines acryliques ou vinyliques, ont été largement utilisés dans la consolidation des peintures murales, en conférant à la couche picturale une protection et un caractère hydrophobe. Les consolidants inorganiques sont stables chimiquement et préservent la porosité des peintures murales, tout en assurant un effet consolidant de longue durée, sans les effets secondaires engendrés par les consolidants organiques. Les nanoparticules d'hydroxyde de calcium assurent la plus grande compatibilité physico-chimique avec les enduits peints à base de chaux, et devraient être la solution quand l'altération résulte de la perte du liant d'origine (carbonate de calcium). Cependant, la présence de sulfates peut empêcher l'effet consolidant. Des formulations innovantes à base de nanoparticules d'hydroxyde de calcium et de baryum permettent de surmonter cette difficulté grâce à leur action en synergie. Cette intervention relate les résultats obtenus par l'application de nanoparticules (hydroxyde de calcium et de baryum) sur des peintures murales. La sauvegarde in situ des peintures murales Maya de Calakmul (Mexico) offre un exemple d'efficacité et de potentialité de ce type de traitement.


< 17 h 30: fin des débats.








Dernière édition par Admin le Mer 5 Oct 2011 - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conservateurs-restau.meilleurforum.com
Admin
Admin
Admin

Nombre de messages : 1021
Date d'inscription : 07/02/2008
Age : 53
Localisation : Gaillac

Programme détaillé JERI 2011 Empty
MessageSujet: Re: Programme détaillé JERI 2011   Programme détaillé JERI 2011 EmptyMer 5 Oct 2011 - 12:58

Informations pratiques

Entrée gratuite mais inscription obligatoire. Le formulaire est à renvoyer au secrétariat de l’ACRMP : acrmp@free.fr

Le muséum d’histoire naturelle
35 allées Jules –Guesdes, près du Grand-Rond, entrée Jardin des plantes.
Bus : lignes 1& 2 (Jardin royal)
Métro : ligne B (Carmes ou Palais-de-Justice)

Les informations pratiques concernant l’hébergement, le transport, les plans d’accès et la restauration sont disponibles sur le forum aux adresses suivantes :

- Comment venir sur le site du Museum (de la gare ou de l'aéroport) ? : http://conservateurs-restau.meilleurforum.com/t2173-informations-pratiques-jeri-2011-plan-acces

- Adresses d’hôtels bien situés : http://conservateurs-restau.meilleurforum.com/t2173-informations-pratiques-jeri-2011-plan-acces

- Où déjeuner ? : http://conservateurs-restau.meilleurforum.com/t2152-informations-pratiques-jeri-2011-ou-dejeuner


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conservateurs-restau.meilleurforum.com
 
Programme détaillé JERI 2011
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Programme détaillé JERI 2011
» Informations pratiques JERI 2011 : où déjeuner ?
» Programme philatélique 2011
» Programme 2011
» Programme et diffusion TV des films de NoEL 2010/2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conservateurs - Restaurateurs :: AGORA :: Annonces colloques, journées d'études :: JERI-
Sauter vers: