Conservateurs - Restaurateurs

Forum des fêlés du scalpel et du clavier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Première visite
 
Important :
depuis le 1 Août, l'inscription est obligatoire pour pouvoir poster un message.
A LIRE
Réponses et commentaires au questionnaire "peut-on effectuer un traitement "éthique" dans le cadre des marchés publics ?" par Danièle Amoroso
Derniers sujets
» Recherche infos sur armure sergé losangé
par ipheso Jeu 24 Nov 2016 - 18:27

» vernis effet laqué ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 14:05

» Ecoles "actives" pour la restauration des tableaux ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 13:48

» Cires CM17 ou Cosmoloid H80
par Mag31 Dim 13 Nov 2016 - 10:33

» Besoin d'aide !
par wilfried Ven 28 Oct 2016 - 12:26

» Présentation
par wilfried Dim 16 Oct 2016 - 16:31

» suppression de tâches sombre sur une couche lipidique de 1870
par AL Mar 11 Oct 2016 - 16:28

La photo du mois


Pour en savoir plus
cliquez ici


Partagez | 
 

 Quand la réalité dépasse la fiction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 1021
Date d'inscription : 07/02/2008
Age : 50
Localisation : Gaillac

MessageSujet: Quand la réalité dépasse la fiction   Jeu 15 Nov 2012 - 15:01

Quand la réalité dépasse la fiction.

Cloé est assise sur une chaise en plastique. Dans le décor sordide d’une cuisine éclairée au néon, elle annonce nonchalamment à son père dépité que la jolie bimbo qu’il a choisi pour future épouse a l’intention de l’assassiner sans délai dès la cérémonie terminée.

Cette délicieuse scène d’intimité familiale fait partie de la nouvelle génération des programmes baptisés « scripted reality » qui vont envahir notre univers télévisuel. Décors cheap, éclairage de sacristie, direction d’acteur digne d’un spectacle de fin d’année de MJC, voici les fictions « low coast » tirées des faits divers les plus sinistres.

Vous vous demandez sans doute quel est le rapport entre cette nouvelle téléréalité hard discount et le patrimoine ? Et bien aucun. A un détail près. Le petit détail qui change tout. L’argent.
Car si le coût de ces programmes est à l’image de ceux aujourd’hui pratiqués dans certains appels d’offre en restauration, c’est-à-dire divisés par deux ou trois, les producteurs espèrent bien bénéficier des largesses du CNC via l’aide à la création. En d’autres termes des budgets du Ministère de la Culture. Et l’enjeu est énorme : une enquête du journal La Tribune estime que cela pourrait représenter 8 à 10% du coût d’un épisode. Comble de l’ironie cela pourrait permettre aux chaînes (et parmi elles évidemment les chaînes publiques) d’intégrer ces petits bijoux du bon goût et de l’élégance dans les quotas de production et de diffusion « d’œuvres françaises originales ».

Vous me direz, à juste titre, que cela ne nous concerne en rien. Que les aides du CNC ne regardent que lui. Mais l’on peut quand même s’interroger, au moment où le chef de l’Etat vient de déclarer publiquement « que l’on peut dépenser moins mais mieux », sur la manière dont sont utilisés les fonds publics. Est-il pertinent, alors que le budget global du ministère de la culture est en baisse de 2,3%, d’imager financer de telles « œuvres » ? Si l’on peut comprendre que la crise économique nous contraigne à maîtriser nos dépenses, il n’est pas illégitime de s’interroger sur leur juste répartition. Rappelons par exemple que sur les 7,363 milliards d’euros du budget de la culture, seuls 322 millions d’euros sont consacrés aux monuments historiques, alors que tous les rapports parlementaires évoquent le chiffre minimum de 400 millions d’euros nécessaire aux stricts entretiens du bâti. Soit moins de 5 % du budget global ! Mieux, il vient de baisser de 19,5% pour 2013. Sans doute trop.

Il paraît que la France n’aurait plus les moyens d’entretenir son patrimoine. Trop d’églises, trop de musées, surtout pour des collectivités surendettées. C’est en tout cas en ces termes que nombres de journalistes posent le problème, notamment lors des journées du patrimoine. Mais que pensent-t-ils des 3,8 milliards d’euros d’aide à l’audiovisuel public ? Et des 516 millions d’aides à la seule presse ?

Alors oui je pense que malgré tout ce financement public nous regarde. Pas simplement parce qu’il risque de décérébrer un peu plus nos pioupious mais parce que malgré tous les discours lénifiants des différents ministres de la culture, nous serons in fine affectés par ces dépenses. Comme nous l’avons été lorsque, par manque de courage des politiques lors de la renégociation du statut des intermittents du spectacle, nous avons vu nos budgets drastiquement amputés.

Si l’on peut dépenser moins mais mieux, alors je vous le dis, moi j’ai quelques suggestions à soumettre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conservateurs-restau.meilleurforum.com
jean-michel



Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Quand la réalité dépasse la fiction   Jeu 15 Nov 2012 - 18:40

il faudrait peut-être à l'image des intermittents, jeter quelques ordinateurs de la drac dans la rue, malheureusement notre masse totalisée ne fait pas même osciller l'aiguille de la balance pèse-lettre de notre ministère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanc



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Quand la réalité dépasse la fiction   Dim 18 Nov 2012 - 18:24

Le constat est le même dans tous les domaines du patrimoine et de la culture que je fréquente (édition, musique, création artistique, restauration...).
Le budget dédié à leur domaine baisse quand celui dédié à la télé et la presse augmente. Pas de bol pour moi, je n'écoute pas la radio, ne regarde pas la télé et ne lis pas la presse à part quelques autoéditions. Mon lien séculier est essentiellement anglophone, je trouve que les anglais entre autres savent encore produire du contenu éditorial de qualité.
Et franchement le cinoche français me gonfle (en 10 minutes j'ai débrouillé le scénar et je passe donc 1h20 en moyenne à confirmer mes théories...).

Par contre les vrais domaines de création en France, comme par exemple l'industrie du court métrage très prolifique ne reçoivent que des miettes.

Les musées de mon domaine (le matériel photo) Arts et métiers compris voient leurs collections pourrir sur pieds faute d'avoir la moindre considération budgétaire de leurs collections.

Bref on est bien mal barrés!

Si encore il était possible de fédérer quelques énergies il y aurait de quoi peser, mais les seuls meneurs ayant suffisament de poids dans le domaine sont des gens avec des idées trop loin des réalités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la réalité dépasse la fiction   Aujourd'hui à 9:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la réalité dépasse la fiction
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ODYSSÉE D'UNE FEMME AMOUREUSE de Bernard Simonay
» [Collection] Fiction ou Réalité (L'Olympe / Maxi-Livres)
» Quand la réalité .......
» Rapprochement Sarkozy-Rwanda = balkanisation de la RDC?
» Quand passe la Cigogne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conservateurs - Restaurateurs :: AGORA :: Chroniques - Billets d'humeur-
Sauter vers: