Conservateurs - Restaurateurs

Forum des fêlés du scalpel et du clavier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Première visite
 
Important :
depuis le 1 Août, l'inscription est obligatoire pour pouvoir poster un message.
A LIRE
Réponses et commentaires au questionnaire "peut-on effectuer un traitement "éthique" dans le cadre des marchés publics ?" par Danièle Amoroso
Derniers sujets
» Orthophosphate de potassium
par L'ivre de papier Mer 17 Mai 2017 - 15:57

» Vente Matériel suite cessation d'activité
par artcane Mer 26 Avr 2017 - 13:33

» Prochaine journée SFIIC Pierre Plâtre Terre 12 mai 2017
par Jeanne Cassier Dim 23 Avr 2017 - 7:36

» Recherche tableau moisi à restaurer
par Claude Fauville Ramaekers Mer 5 Avr 2017 - 15:00

» recoller une peinture qui s'écaille
par rmm librarii Mer 29 Mar 2017 - 8:20

» Carrefour de l'Air, Journée de Rencontre, 31 Mars 2017, MAE.
par miniscalpel Ven 24 Fév 2017 - 9:00

» A vendre matériel suite cessation d'activité
par artcane Jeu 2 Fév 2017 - 16:01

La photo du mois


Pour en savoir plus
cliquez ici


Partagez | 
 

 JERI 2015 - Toulouse - programme détaillé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
françoise
Admin
avatar

Nombre de messages : 808
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: JERI 2015 - Toulouse - programme détaillé   Lun 21 Sep 2015 - 10:00



Muséum de Toulouse
20 novembre 2015
Entrée gratuite – Inscription obligatoire



PROGRAMME détaillé




< 8 h 30 : accueil des participants.

< 9 h
: petit déjeuner.

< 9 h 30
: ouverture de la séance.

< 9 h 40
: début des débats.



< 9 h 45 Etude préliminaire de Red Boost d’Helen Frankenthaler (mouvement américain Colorfield): évaluation d’une méthode de nettoyage aqueux pour une dispersion acrylique sur toile de coton vierge. Travaux de recherche du Getty Institut.

Présentation par Emilie Faust, Elève en cinquième année d'étude à L'Institut National
du Patrimoine, section restaurateurs, Paris.
Etude menée par: Chris Stavroudis, Linnaea Saunders, Rachel Rivenc, Joy Mazurek Herant hanjian et Emilie Faust (2014)


Les peintures issues du mouvement Color Field présentent généralement une toile sans préparation, laissée en réserve. Après vieillissement, cette dernière apparait souvent jaunie et oxydée tandis que des tâches ponctuelles se retrouvent incrustées dans les fibres du support. Alors que l’application de traitements locaux s’est historiquement révélée être à l’origine de l’apparition d’auréoles, diverses méthodes de lavage intégral des œuvres ont été mises au point. Celle développée par Jay et Holly Krueger (National Gallery de Washington) combine un lavage aqueux intégral avec un blanchiment au soleil. Elle s’est révélée efficace pour le nettoyage de la toile et appropriée dans le cas de couches picturales acryliques en solution.

L’étude présentée ici se fixe pour objectif d’évaluer dans quelle mesure ce traitement pourrait être appliqué à une émulsion acrylique en prenant pour exemple l’oeuvre d’Helen Frankenthaler, Red Boost, 1966.
L’étude s’est concentrée autour de trois axes principaux. Premièrement, les matériaux constitutifs de l’œuvre ont été identifiés par infrarouge à Transformer de Fourrier (IRTF), chromatographie en phase gazeuse par pyrolyse couplée à la spectrométrie de masse
(py CG-SM), microscope optique et microscope électronique à balayage (MEB-EDS).

Deuxièmement, l’étude de la lixiviation des surfactants et le gonflement de la couche picturale a été investigué. Pour ce faire, un prélèvement microscopique de l’œuvre a été immergé et l’eau a été analysée par IRTF et py CG-MS.
Une troisième partie expérimentale a été menée sur des éprouvettes. Elle évalue la photosensibilité des pigments durant l’exposition temporaire à la lumière naturelle grâce à des mesures photo-colorimétriques prises avant et après traitement.
Les résultats de l’étude montrent qu’un léger obscurcissement se produit sur les éprouvettes, en revanche, aucune lixiviation de surfactants n’a été observée concernant les prélèvements de la peinture. La méthode de lavage aqueux semble ainsi être adaptée et bénéfique dans le cas d’une émulsion acrylique présentant des caractéristiques et des conditions de conservation semblables à celles de Red Boost. Ceci vaut dans la mesure où les parties peintes ne sont pas exposées au soleil pendant le traitement.



< 10 h 45 : “L'utilisation d'un pinceau électrolytique, le Pleco. Outil innovant destiné au traitement électrolytique des pièces métalliques sans immersion de l'objet ». Unité de recherche de la Haute Ecole Arc de Conservation-restauration, Neuchâtel, Suisse, (Ra&D HE-Arc CR), l’Abbaye de St-Maurice (Valais, Suisse) et l’Institut de recherche en anthropotechnologie (EDANA) de la Haute Ecole Arc Ingénierie, Suisse.

Présentation : Christian DEGRIGNY Enseignant Chercheur Unité de recherche de la Haute Ecole Arc de Conservation-restauration, Neuchâtel, Suisse.
Travaux menés par Christian DEGRIGNY et Romain JEANNERET.


Cette communication se propose de présenter le projet « St-Maurice » porté sur le développement d’un pinceau électrolytique innovant - Le Pleco. Ce projet a été mené conjointement entre l’Unité de recherche de la Haute Ecole Arc de Conservation-restauration (Ra&D HE-Arc CR), l’Abbaye de St-Maurice (Valais, Suisse) et l’Institut de recherche en anthropotechnologie (EDANA) de la Haute Ecole Arc Ingénierie. Le Pleco a été développé pour le nettoyage localisé de pièces d’orfèvrerie en argent et argent doré terni du Trésor de l’Abbaye. Ces pièces prestigieuses sont pour la plupart composites (bois, émaux, nielle, etc.) et ne peuvent par conséquent être traitées en immersion. Le Pleco permet ainsi d’appliquer localement les traitements électrochimiques, moins invasifs sur l’argent et l’argent doré que le sont les interventions mécaniques et chimiques.



< 11 h 45
: « Application d’un consolidant aminoalkylalkoxysilane (AAAS) sur la semelle en polyuréthane ester dégradé d’une chaussure appartenant à une œuvre de Ben Vautier.: “In the spirit of Fluxus  (1965-2003) “, Musée d'art moderne de la ville de Paris, France ».

Recherche de 2012 présentée par Eleonora Pellizzi (Chercheur Chimiste Physicien Analytique Recherche 2012 au Centre de Recherche de la Conservation des Collections CRCC – Paris, France) et Lucille Royan Conservateur-Restaurateur  (Mémoire 2013 INP, Paris).

Cette intervention a pour but de présenter une partie du travail de recherche et de conservation-restauration réalisé au département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine sur une œuvre de Ben Vautier, In the spirit of Fluxus, appartenant au Musée d’art moderne de la Ville de Paris et datée 1965-2003.
Installation composite, In the spirit of Fluxus est une accumulation d’objets divers et de petites œuvres dans une grande malle, un Wardrobe Vuitton®.
Parmi ces objets, une chaussure de sport Adidas®, modèle Rod Laver, présentait une semelle en polyuréthane ester dans un état de dégradation très avancé. Tant qu’une solution à ce problème de conservation n’était pas trouvée, l’exposition de In the spirit of Fluxus au public demeurait impossible. Alors qu’aucune consolidation d’un polyuréthane ester dégradé d’une œuvre d’art n’avait encore été effectuée avec succès, une recherche de doctorat sur le sujet se clôturait .C’est pourquoi il a été décidé de tenter de traiter la semelle dégradée à l’aide d’un des consolidant de la famille des aminoalkylalkoxysilanes (AAAS) testés lors du travail de thèse.
Trois techniques d’application du consolidant AAAS, la vaporisation, la nébulisation et le dépôt de gouttes, ont été testées à différentes concentrations sur des échantillons de référence ayant subi un vieillissement accéléré.
Les résultats révélant qu’il était possible de traiter une partie de la semelle originale, celle-ci a été consolidée et les parties manquantes réintégrées dans un matériau plus stable.
La chaussure a enfin pu être replacée dans In the Spirit of Fluxus, qui pouvait alors être exposée à nouveau au public.  




< 12 h 45
: pause déjeuner.

< 14 h 25
: reprise des débats.




< 14 h 30 : « Bio patines: des champignons au service des alliages cuivreux. »
Travaux  menés  par Edith JOSEPH et Emmanuelle DOMON-BEURET.


Présentation : Dr. Laura Brambilla, chercheuse, unité de recherche de la Haute Ecole Arc de Conservation-restauration, Neuchâtel, Suisse.
Beauveria bassiana est un champignon dont l’une des souches a développé une résistance au cuivre particulièrement farouche, à la suite de siècles de traitement au sulfate de cuivre dans les vignobles. Il est à la base d’une patine « bio », un traitement de surface innovant pour alliages cuivreux qui, appliqué de façon temporaire et sans aucune toxicité, assure une protection esthétique et pérenne aux statues et autres œuvres artistiques exposées en plein air. Des comparaisons ont été établies avec des cires traditionnelles : la « bio patine » stabilise durablement la corrosion et s’intègre esthétiquement au coloris vert caractéristique des patines naturelles en extérieur, alors que la cire s’avère moins efficace à long terme et a tendance à obscurcir la surface. «Les variations chromatiques sont inévitables sur une statue exposée à l’extérieur. L’objectif est de rester dans une gamme de couleurs naturelles», explique Edith Joseph, chercheur en sciences de la conservation et responsable du projet impliquant le laboratoire de microbiologie de l’université de Neuchâtel et la Haute école Arc conservation-restauration. La bio-patine est capable de stabiliser non seulement des alliages cuivreux en extérieur, mais aussi des objets à base de cuivre issus d’un contexte archéologique, et pouvant souffrir de corrosion active qui peut entraîner une perte continuelle et progressive de matière si aucun traitement n’est envisagé rapidement. "Cette bio-patine agit sur les chlorures de cuivre à l’origine de la formation de piqûres dans le métal », précise Emmanuelle Domon Beuret, assistante de recherche sur le projet, et conservatrice-restauratrice au Laténium, parc et musée d’archéologie situé à Hauterive près de Neuchâtel.

La méthode scientifique basée sur l’utilisation à bon escient de micro-organismes pourrait s’adapter à d’autres métaux encore, comme le fer, mais aussi combattre les dommages encourus par d’autres matériaux du patrimoine comme le bois archéologique. En prévention comme en restauration, la biotechnologie pourrait être employée pour les objets d'art et d'archéologie.



< 15 h 30 : « Les chancis de couches picturale des peintures de chevalet : contribution à la connaissance des mécanismes de formation, à la caractérisation physico-chimique et aux traitements de conservation-restauration ».

Présentation par Anaïs GENTY (Genty-Vincent). (Doctorante). Projet de thèse en Chimie sous la direction de Michel Menu et de Nadège Germain - Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Thèse en préparation à Cergy Pontoise , dans le cadre de ED SI - Sciences et Ingénierie, en partenariat avec le laboratoire Synthèse organique sélective et chimie organométallique depuis le 01-10-2013.

Le projet concerne l'étude de l'altération opacifiante des peintures artistiques, connue sous le nom de « chanci » ou « blanchiment » de la couche picturale, afin d'avoir une meilleure connaissance de ce phénomène en vue de limiter son apparition et d'atténuer ses effets. Le chanci est un problème récurrent qui présente une gêne importante dans la lecture des peintures, comme par exemple pour ces œuvres récemment restaurées au C2RMF : La Sainte Anne de Léonard de Vinci, Chardons, écureuils, reptiles et insectes de Marseus Van Schrieck ou Le Siège de Courtrai de Van der Meulen. L'élimination de l'effet optique de chanci par les procédés de restauration actuels n'est pas toujours pleinement satisfaisante et la résolution de ce problème constitue un enjeu de taille pour la conservation et restauration des peintures. Il existe plusieurs hypothèses concernant les raisons, les matières et les processus physiques et physico-chimiques mis en jeu, toutefois les résultats présentés par plusieurs chercheurs ne semblent pas aller dans le même sens. La thèse portera sur la caractérisation de la constitution matérielle et les aspects physiques des chancis sur un corpus d'œuvres sélectionnées. Nous allons chercher à déterminer ses origines ainsi que la contribution de facteurs internes (composition chimique) et externes (traitement de conservation-restauration, environnement) dans la dynamique de leur formation. Le mécanisme d'apparition des chancis sera modélisé sur une série d'éprouvettes reproduisant les systèmes observés sur les œuvres. Enfin, à partir d'informations recueillies sur cette base expérimentale nous allons tenter de proposer les traitements appropriés, permettant d'atténuer ou d'éliminer l'effet de chanci de manière efficace et sécurisée.


< 17 h 30 : fin des débats.

Les débats entre les intervenants et l'assistance, qui suivent chaque présentation, seront conduits par trois modérateurs

Luc Robbiola est docteur en chimie  spécialité Métallurgie (Univ. Pierre et Marie Curie) et  diplômé en Conservation-Restauration des biens culturels (Maîtrise Sciences et Techniques, Univ. Panthéon-Sorbonne – Paris 1).
Ingénieur de Recherche hors classe au CNRS, il est plus particulièrement spécialisé sur l’altération des alliages base cuivre, soumis à des environnements naturels pendant de longue durée (de plusieurs millénaires jusqu’aux périodes modernes).
Il est membre du Comité Scientifique de la revue internationale Journal of Cultural Heritage et Vice Président de la Commission « Matériaux anciens, terre et environnement » pour le Synchrotron Soleil.
Il est éditeur de deux symposia internationaux en Conservation-restauration et coauteur de plus de 60 articles dans des journaux et actes de colloques internationaux.

Anne Cadenet, après des études d'histoire de l'art et de philosophie (Poitiers/Bordeaux/Paris IV), et quelques expériences autour de la médiation des expositions du Frac Poitou-Charentes. En 1990 elle intègre sous la direction de Jean-Louis Froment, l'équipe du Centre d'Arts Plastiques Contemporains (CAPC), actuel  Musée d'art contemporain de Bordeaux.
En 2003, Elle quitte le Département des publics pour travailler exclusivement sur la collection du CAPC musée.
Depuis 2007, elle dirige le service "Collection Documentation Archives" qui répond aux nouvelles stratégies transversales du CAPC musée d’art contemporain : développer une synergie entre les Collections, la Documentation et les Archives du musée.
Commissaire d'expositions, elle participe au programme de recherche “Replace or remake ? a work in progress”.

Christian Degrigny est docteur en chimie analytique de l'Université de Paris IV en 1990. Ingénieur en électrochimie, il est spécialisé dans le diagnostic et le traitement des objets historiques et archéologiques métalliques électrochimique.
De 1991 à 2000 il a travaillé à la conservation  d'objets métalliques dans différents laboratoires de conservation-restauration françaises: division Valectra d'Electricité de France, atelier privé Art-Métal, laboratoire Arc'Antique.
Il a enseigné dans différents instituts et  établissements d'enseignement de conservations des œuvres d'arts: EVTEK en Finlande et le Centre pour la restauration à Malte.
Depuis 2006, il est un temps partiel enseignant / chercheur à la Haute Ecole de conservation-restauration Arc (Arc HECR), Neuchâtel, Suisse. Il est actuellement chef des projets liés à la conservation des métaux: Saint-Maurice, OBS , SCHEMA-TEC, MIFAC Metal Online



Informations pratiques

Entrée gratuite mais inscription obligatoire. Le formulaire est à renvoyer à jeri2015@free.fr

Le muséum d’histoire naturelle
35 allées Jules –Guesdes, près du Grand-Rond, entrée Jardin des plantes.
Bus : ligne 2 (Jardin royal)
Métro : ligne B (Carmes ou Palais-de-Justice)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
JERI 2015 - Toulouse - programme détaillé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JERI 2015 - Toulouse - programme détaillé
» JERI 2015 - Toulouse - Inscription
» Programme détaillé JERI 2011
» Inscription JERI 2011
» JERI 2013 - Bordeaux - programme provisoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conservateurs - Restaurateurs :: AGORA :: Annonces colloques, journées d'études :: JERI-
Sauter vers: