Conservateurs - Restaurateurs

Forum des fêlés du scalpel et du clavier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Première visite
 
Important :
depuis le 1 Août, l'inscription est obligatoire pour pouvoir poster un message.
A LIRE
Réponses et commentaires au questionnaire "peut-on effectuer un traitement "éthique" dans le cadre des marchés publics ?" par Danièle Amoroso
Derniers sujets
» Recherche infos sur armure sergé losangé
par CM Aujourd'hui à 9:58

» Votre retour d'expérience sur les biocides
par miniscalpel Hier à 14:55

» vernis effet laqué ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 14:05

» Ecoles "actives" pour la restauration des tableaux ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 13:48

» Cires CM17 ou Cosmoloid H80
par Mag31 Dim 13 Nov 2016 - 10:33

» Besoin d'aide !
par wilfried Ven 28 Oct 2016 - 12:26

» Présentation
par wilfried Dim 16 Oct 2016 - 16:31

La photo du mois


Pour en savoir plus
cliquez ici


Partagez | 
 

 retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AL



Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/03/2009
Age : 49

MessageSujet: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Jeu 26 Nov 2009 - 13:17

Bonjour à toutes et à tous,

Voilà un problème qui revient trop souvent dans mon atelier et me prend la tête tant que le tableau n'est pas terminé!

Imaginez une peinture à l'huile 19ème ou 20ème très fragile, excessivement sensible aux solvants, dont le vernis est soit une résine naturelle en couche épaisse, soit dans le pire des cas une couche d'huile bien résistante!!!!

En 15 ans d'exercice je n'ai encore pas trouvé la solution qui supprime le stress et l'angoisse.

Je vouerai une reconnaissance éternelle à qui voudra bien m'éclairer.

J'attends vos réponses avec impatience, car je suis sur un cas qui me désespère. (19ème avec repeints et vernis bien épais qui recouvre une couche toute en légèreté très fragile)

A bientôt,

AL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-aldo-peaucelle.com
LN



Nombre de messages : 2495
Date d'inscription : 12/03/2008
Age : 49
Localisation : Gaillac

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Ven 27 Nov 2009 - 7:49

AL a écrit:

En 15 ans d'exercice je n'ai encore pas trouvé la solution qui supprime le stress et l'angoisse.

Chèr AL,

Pour la suppression du stress et de l'angoisse, pas de remède à l'horizon. Je vois très bien de quoi tu parles. C'est exactement le type de tableau dont la peinture se "liquéfie" à la simple vue d'une bouteille de white spirit !
Il faut souvent être très patient, jouer sur la vitesse d'évaporation du mélange et conjuguer action chimique et action mécanque. Lorsque la couche à retirer (ou à amincir) est très épaisse, l'usage d'un scalpel est souvent possible. Il faut arriver à trouver le mélange de solvants qui permet le ramollissement de surface, sans trop pénétrer, puis prélever minutieusement et régulièrement.
Evidemment, une fois je j'ai dit ça, tu n'es pas très avancé. Mais pour chaque cas des tests sont nécessaires et il n'y a pas de mélange "miracle".

Bon courage et à bientôt.


Dernière édition par LN le Ven 27 Nov 2009 - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AL



Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/03/2009
Age : 49

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Ven 27 Nov 2009 - 8:51

Bonjour chère LN

Et merci pour ta réponse.
J'aime bien l'image du tableau qui se liquéfie à la vue de la bouteille de WS.

Donc rien de nouveau, j'ai déjà expérimenté tout cela: Ramolli, puis aminci le vernis au scalpel, puis dissoudre ce qui reste ou recommencer.... Travailler avec un solvant très volatile comme l'acétone en base de mélange, ou travailler avec un mélange très peu agressif, mais travailler longtemps.....

Ce qui me pose problème c'est qu'aucune de ces méthodes ne me semble sécurisante.

Je pensais que mon approche était archaïque.

A bientôt, AL



A propos, j'ai été étonné que personne ne réagisse à mon dernier message concernant la méthode employée pour résorber les tâches du Soulages
(diffusion de solvants avec un diffuseur pour huile essentielles).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-aldo-peaucelle.com
françoise morin
Admin


Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Ven 27 Nov 2009 - 10:29

Bonjour AL

Pour solubiliser une couche de vernis avec des mélanges de solvants, il faut trouver le mélange qui a une structure moléculaire proche de ce que tu veux solubiliser : on procède par affinité structurelle, terme un peu pompeux mais assez parlant (il me semble ?)

Le mélange de solvants est sous forme liquide, le vernis est sous forme solide, lorsque les deux en contact ont une structure moléculaire proche : ils se mélangent, c'est la nature.

Les outils dont nous disposons sont les paramètres fractionnels de solubilité : fD, fH, fP et le triangle de Teas.

Il y a plusieurs méthodes pour arriver au même résultat : connaître les paramètres fractionnels des solvants qui vont solubiliser le vernis.
Avec le triangle de Teas on localise une zone de solubilisation.

Une fois que la zone de solubilisation du vernis est circonscrit, on peut faire varier les solvants en fonction de la pénétration, de la rétention et de la toxicité de chacun des solvants constituant le mélange. Il faut rester dans la zone de solubilisation du vernis tout en étant le plus loin possible de la zone de dangerosité de la couche picturale, c'est-à-dire d'une manière théorique fD grand, fH et fP faible (en bas à droite du triangle)
D'une manière très concrète, il faut absolument éviter d'être dans la zone de ramollissement de la couche picturale.

La mise en gel du mélange de solvants choisi permet d'augmenter la viscosité sans changer les paramètres fractionnels, c'est-à-dire : même action chimique de solubilisation par affinité structurelle, mais avec une pénétration infiniment moindre.

Si la couche picturale qui est recouverte de la couche de vernis que tu veux solubiliser a des paramètres de solubilisation trop proches de ceux du vernis, le choix devient extrêmement difficile à faire.

Contre les nœuds au cerveau je n'ai pas de solution miracle, désolé !

Toujours la même biblio à votre disposition, plus complet, mieux expliqué, but in english !

http://aic.stanford.edu/sg/bpg/annual/v03/bp03-04.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LN



Nombre de messages : 2495
Date d'inscription : 12/03/2008
Age : 49
Localisation : Gaillac

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Ven 27 Nov 2009 - 14:33

Rebonjour,

Evidemment Françoise est partie au quart de tour, comme je m’y attendais. Mais enfin quand on a une couche d’huile oxydée sur une couche d’huile pas très « sèche », il est fort difficile de ne pas se trouver dans la zone de ramollissement de la couche peinte !
Ensuite pour les gels, sur ce genre de cas, je trouve ça très délicat à manier. En effet, les solvants mis en œuvre sous cette forme évitent en partie la pénétration et donc diminuent le ramollissement des couches du dessous, mais côté mise en œuvre on est très loin de la théorie. Obtenir un résultat régulier et homogène est loin d’être gagné et dans certains cas on peut se retrouver avec un marquage périphérique.
Il n’y a donc toujours pas de solution miracle. Désolée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CM



Nombre de messages : 345
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Ven 27 Nov 2009 - 14:51

Cher Al,

J'ai la solution a ton problème! Si, si, je t'assure.
Je t'envoie tout de suite une photo de moi pour que tu puisses me construire un petit autel votif.
Voici donc la solution et ne pense pas que se soit le fait du hasard. C'est le fruit d'une longue pratique et d'intenses réflexions avec mes collègues restaurateurs de support.

Plusieurs phases opératoires sont à respecter, l'ordre est important, attention:
1- installer le tableau sur le chevalet, attendre la bonne lumière et en faire une photographie à la façon Prévert.
2- retourner le tableau et vérifier la cordelette qui sert à le maintenir ou le piton.
3- s'assoir au centre de la pièce sur un tabouret tournant, ça ne marche pas avec une chaise!
4- choisir le futur emplacement du tableau sur un mur.
5- prendre un beau marteau, pas trop lourd mais pas trop léger non plus. Il faut l'avoir bien en main.
6- attraper un clou, droit de préférence. Planter le clou à l'emplacement choisi sur le mur.
7- accrocher le tableau, voilà c'est terminé. Tu as devant toi un magnifique châssis et une vieille toile digne du plus grand respect.

Personnellement j'ai horreur des variantes avec dos protecteur en toile polyester (quel mauvais goût) ou en carton qui s'avèrent à la longue très ennuyeuses. Par contre, le dos en polycarbonate avec des petits poissons en papier découpés et coloriés façon aquarium et du plus bel effet. C'est le calme et la volupté garantie, loin du stress des vilains vernis, repeints et autres vulgarités promptes à vous donner la migraine.

J'espère que ces quelques lignes te permettront de retrouver la paix intérieure et la joie de pratiquer un si joli métier.

Cordialement
Un ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AL



Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/03/2009
Age : 49

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Ven 27 Nov 2009 - 16:30

Merci pour vos réponses.

La théorie, c'est bien, mais la mise en pratique est une autre paire de manche.
Quand la couche originale a le même degré de solubilité que le repeint qui la recouvre, je ne vois pas ce qu'il reste mis à part notre acuité visuelle et notre dextérité manuelle.
Flute, j'ai dis "manuel" et oui, la science à peut-être ses limites!

Aller,
Bon weekend,
en attendant je vais tout retourner pour ne plus voire que ces magnifiques châssis et vieilles toiles dignes de respect et me persuader que j'ai fait le bon choix il y a quelques années.

A+
AL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-aldo-peaucelle.com
FF



Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 21/04/2009

MessageSujet: On peut aussi dire "stop"   Sam 28 Nov 2009 - 22:39

Cher AL, c'est vrai, il y a longtemps que je n'ai pas fait un tour sur le forum.
C'est sans doute pourquoi tu n'as pas eu de petite réaction à la nébulisation de solvants. Je n'ai pas lu ton intervention mais cela me rappelle vaguement une histoire "munichoise" du 19ème siècle qui se prolongent au 20ème siècle avec des déconvenues sur la sensibilité accrue des couches picturales. "Petten", comme déjà?
Revenons à nos moutons!
A cette fameuse histoire entre un fâcheux vernis très peu soluble et une couche picturale si peu coopérante et si chagrine. Tout le monde connait la fin : crime passionnel ou divorce à l'amiable. Soit, tout le monde meurt, soit chacun retourne dans ses pénates. Moi, qui pourtant ne déteste pas le conflit par moment, vote pour la seconde solution dans le cas présent.
S'il a vraiment trop d'affinités électives (ou structurelles comme dirait Françoise M.) et que le risque fusionnel est trop important, j'abdique. En amour comme en restauration, il faut que chacun conserve son identité.
Et je dis aux uns comme aux autres : "désolée, ce n'est pas possible, gardez donc ce lustre que je ne saurai vous ôter". Que l'on en déduise que je n'en suis pas capable ne m'émeut pas. A long terme, il m'est devenu évident que cette position est plus profitable pour la gestion du stress, le vieillissement des œuvres et mon cheminement professionnel que d'autres voies plus flamboyantes.
A l'impossible nul n'est tenu. Et n'oublions pas qu'en restauration, nous avons un devoir de moyens mais pas de résultats.
Bien à vous et à bientôt
FF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AL



Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/03/2009
Age : 49

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Dim 29 Nov 2009 - 11:42

Chère FF,
Merci pour ta très belle et très éclairante réponse.
Cette petite mise au point m'a fait beaucoup de bien.
Je réalise que je me contrains depuis 15 ans à une obligation de résultat systématique.
Il m'est souvent arrivé de passer un temps considérable sur des oeuvres sur lesquelles ce n'était pas prévu au départ. Mais parce que je faisais de mauvaises découvertes en cours d'intervention, je me sentais obligé malgré tout d'obtenir un résultat parfait.
Et, le stress, l'angoisse et la culpabilité devenaient mes plus proches compagnes. (Difficile à vivre pour soi-même et pour la famille.)
Il m'est effectivement arrivé de dire dans certains cas "désolé, je ne peux rien faire, le risque est trop grand" . Mais je pense qu'avec le recul, j'aurai dû réagir ainsi plus souvent.
Je me sens soulagé d'un seul coup!
Comme tu me le rappelles : "A l'impossible, nul n'est tenu et que chacun garde son identité".
MERCI! pour ta sagesse.
Bon dimanche,
AL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-aldo-peaucelle.com
Admin
Admin


Nombre de messages : 1021
Date d'inscription : 07/02/2008
Age : 50
Localisation : Gaillac

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Lun 30 Nov 2009 - 14:29

AL a écrit:

Et, le stress, l'angoisse et la culpabilité devenaient mes plus proches compagnes. (Difficile à vivre pour soi-même et pour la famille.)
Il m'est effectivement arrivé de dire dans certains cas "désolé, je ne peux rien faire, le risque est trop grand" . Mais je pense qu'avec le recul, j'aurai dû réagir ainsi plus souvent.
Je me sens soulagé d'un seul coup!
Comme tu me le rappelles : "A l'impossible, nul n'est tenu et que chacun garde son identité".
MERCI! pour ta sagesse.
AL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://conservateurs-restau.meilleurforum.com
AL



Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 24/03/2009
Age : 49

MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Lun 30 Nov 2009 - 22:23

Petit con,
Mais...
Quel talent Olivier!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.atelier-aldo-peaucelle.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)   Aujourd'hui à 23:04

Revenir en haut Aller en bas
 
retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» retrait d'une couche d'huile jaunie sur une CP 19ème fragile. . (nettoyage, méthode, déontologie, solvants)
» Peinture à l'huile mais sous-couche acrylique...?
» Question sur l'huile de lin
» Besoin d'un conseil peinture
» Differentiel Summit ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conservateurs - Restaurateurs :: TECHNIQUES DE LA CONSERVATION - RESTAURATION :: Interventions-
Sauter vers: