Conservateurs - Restaurateurs

Forum des fêlés du scalpel et du clavier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Première visite
 
Important :
depuis le 1 Août, l'inscription est obligatoire pour pouvoir poster un message.
A LIRE
Réponses et commentaires au questionnaire "peut-on effectuer un traitement "éthique" dans le cadre des marchés publics ?" par Danièle Amoroso
Derniers sujets
» Recherche infos sur armure sergé losangé
par CM Hier à 9:58

» Votre retour d'expérience sur les biocides
par miniscalpel Jeu 8 Déc 2016 - 14:55

» vernis effet laqué ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 14:05

» Ecoles "actives" pour la restauration des tableaux ?
par cc Mar 15 Nov 2016 - 13:48

» Cires CM17 ou Cosmoloid H80
par Mag31 Dim 13 Nov 2016 - 10:33

» Besoin d'aide !
par wilfried Ven 28 Oct 2016 - 12:26

» Présentation
par wilfried Dim 16 Oct 2016 - 16:31

La photo du mois


Pour en savoir plus
cliquez ici


Partagez | 
 

 Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JB



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Lyon

MessageSujet: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Mar 1 Déc 2009 - 22:46

Bonjour

Comme un virus de Grippe A, il y a une rumeur qui circule ces temps-ci... Le vernis Paraloid B72 deviendrait-il moins réversible avec le temps???

Personnellement je l'emplois souvent et j'ai suivi pendant toutes mes études les résultats des recherches de ces Messieurs: René de la Rie et Feller... Les tests de vieillissement accélérés étaient pour moi des preuves scientifiques de stabilité de la résine. Mais qu'en est-il de sa solubilité???

Je me demande si nous n'allons pas vivre un retour aux techniques anciennes, soutenu peut-être par la D..M..F et les habitués des résines naturelles...

Je ne suis pas contre le naturel, mais si l'on peut limiter la fréquence des nettoyages à cause du jaunissement trop rapide de ces vernis...

Quelles sont vos expériences avec le Paraloid?
Avez-vous essayé de solubiliser un vernis Paraloid "ancien"? Avec quoi?

Où peut-on trouver les preuves SCIENTIFIQUES ou les dernières recherches soutenant de telles rumeurs?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilley



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Mer 2 Déc 2009 - 6:59

Bonjour JB,

Effectivement, j'ai également eu vent au sujet de la problématique de la réversibilité du Paraloid B72. Quelques collègues restauratrices avec qui je travaille ont banni l'utilisation de ce produit, notamment dans le cadre de restaurations d'objets constitués de matériaux organiques.

Je poserai la question sur d'éventuelles références bibliographique et ne manquerai pas de te les communiquer.

Cordialement,

Dilley
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
françoise
Admin


Nombre de messages : 808
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Mer 2 Déc 2009 - 16:22

Bonjour JB,

cela fait une bonne année et demie que ce vent de dénigrement du paraloïd B72 me vient aux oreille, via des conservateurs, et aussi de restaurateurs...

Je ne suis pas au courant des derniers écrits scientifiques sur le sujet, mais me permets de soumettre ma petite expérience.

Comme pour tous matériaux (qu'ils soient naturels ou synthétiques), il me semble que son comportement global varie en fonction de sa concentration lors de la mise en oeuvre.
En peinture murale, on l'utilise de 2,5 à 5% (pds/pds), sans besoin de dire que 5% est une grande maxi rarement utilisée. Des chantiers que j'ai pu suivre depuis une douzaines d'années, je dirais que tout va très bien... Mais qu'en serait-il effectivement s'il avait été utilisé en forte concentration (je parle de son vieillissement et non des conséquences sur la couche picturale!), je ne sais... Sans compter que le solvant utilisé peut avoir un effet sur la consistance du film de résine? (bonne ou moyenne miscibilité, vitesse d'évaporation du solvant). Et là, effectivement comment mesurer à part des vieillissements accélérés qui ne correspondent jamais totalement à la réalité in situ...

Dans tous les cas, si l'on a trouvé un meilleur fixatif de la pulvérulence en peinture murale, je suis preneuse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JB



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Mer 2 Déc 2009 - 18:15

Merci, ces premières réactions montrent que les doutes sur les vernis synthétiques ne datent pas d'hier.
Certes, utilisé comme consolidant, le Paraloid présente une réversibilité bien illusoire.
Mais comme vernis de surface (Paraloid B72), il serait intéressant d'avoir de réels retours sur sa solubilité dans le temps; notamment pour les peintures de chevalet sur lesquelles le Paraloid est utilisé à 10% voire 15%, en plusieurs couches...

Comme toute rumeur, je crains les simplifications qui en découlent. Les conservateurs ont déjà du mal à suivre les différentes propositions des restaurateurs... Voilà que certains ont tendance à penser que peinture ancienne = résine naturelle et peinture moderne = résine synthétique.

Il faut trouver plus d'arguments...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilley



Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Jeu 3 Déc 2009 - 6:51

Pour Françoise:

En ce qui concerne ton alternative au paraloid B72 dans les cas de pulvérulence, as-tu déjà testé le Culminal? C'est un éther de cellulose extrêmement soluble en milieu aqueux ou alcoolique. Je l'utilise comme consolidant sur du cuir et des momies, notamment sur les zones pulvérulentes (dilution variant entre 0.5 et 2% dans une solution 50% eau 50% alcool ou 25% eau 75% alcool). Toutefois, une autre collègue a procédé à la consolidation d'une fresque égyptienne en concentration à 5%, le résultat était plus que concluant.

Tu peux le trouver en vente chez certains fournisseurs (Atlantis, Conservation by Design) mais tu peux l'obtenir gratuitement (un échantillon de 500gr, ce produit étant vendu dans l'industrie chimique à la tonne) en te rendant sur www.aqualon.ashland.com en passant par l'onglet "contact us". Tu le recevras dans un délai d'une semaine environ.

Je te donnerai la référence exacte de celui que j'utilise une fois au labo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
françoise
Admin


Nombre de messages : 808
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Jeu 3 Déc 2009 - 9:08

Bonjour Dilley et merci pour ta proposition d'alternative au B72 en peinture murale...

Il est vrai que je n'ai pas connaissance de refixage de ce type, et que parlant peinture murale (avec souvent humidité...), on craint a priori le risque de contamination microbiologique... Mais peut-être faut-il fouiller la chose car voici ce qui est dit du Culinal sur un site qui en vend :

METHYLHYDROXYPROPYLCELLULOSE MHPC 01 / MHPC 02
Culminal - poudre - grande pureté - neutre - non toxique - viscosité 400 cps - soluble dans l’eau froide et dans les solvants organiques - très bonne résistance aux agents biologiques - réversible - après séchage forme un film transparent

A propos des peintures murales égyptiennes ainsi consolidées, et si elles se trouvent in situ, leur environnement ne doit pas faire craindre les contaminations microbiologiques!

J'essaierai de me renseigner sur son éventuelle utilisation en peinture murale, et notamment dans des milieux... moins secs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LN



Nombre de messages : 2495
Date d'inscription : 12/03/2008
Age : 49
Localisation : Gaillac

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Jeu 3 Déc 2009 - 9:16

Bonjour à tous,

Personnellement j’ai toujours du mal avec les rumeurs. Alors ici de quoi parle-t-on exactement ?
Si je peux me permettre une suggestion, la réversibilité d’un produit dépend aussi de sa mise en œuvre. Je m’explique, si pour diminuer la viscosité d’une solution, on procède avant son application à son chauffage sans maîtriser la température, il est certain qu’on accélère le vieillissement de la résine. Par ailleurs, il y a toujours une marge entre le vieillissement d’un produit simple (résine + solvant) et celui d’un produit « complexe » (résine + solvant + adjuvant). Alors le problème ne viendrait-il pas dans certains cas de l’emploi de Paraloid « combiné » avec autre chose ?
Enfin, en ce qui me concerne, les seuls échos que j’ai eu sur l’irréversibilité du Paraloid B 72 viennent de l’ARIPA et manquent cruellement d’explications (selon moi) pour être convaincantes.
Je place à la rubrique « fiche technique », celle du B72 en provenance directe du fabricant (Rohm & Haas) qui sauf erreur de ma part n’a pas changé la formulation de cette résine (la piste d’une modification de composition est donc à écarter).
A très bientôt pour la suite
LN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
claire



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 06/11/2009

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Jeu 3 Déc 2009 - 19:07

Puisque l’on part sur la consolidation, je mets mon grain de sel de muraleuse car ce sujet me tient particulièrement à cœur. J’avoue devenir, au fil des années, de plus en plus réticente au faut d’apporter des adhésifs synthétiques sur une peinture murale. Le problème essentiel étant lié il me semble au problème de circulation hydrique dans les maçonneries et à la potentielle barrière étanche créée par ces adhésifs. Je sais qu’il est important de jouer sur les concentrations et les solvants utilisés, mais ma réticence demeure. J’ai observé des problèmes d’arrachage de couche picturale et de subflorescences liés à l’utilisation du Paraloid B72 ; bien sûr il s’agissait de cas de restaurations des années 1970 où les solutions étaient sans doute utilisées à plus forte concentration qu’aujourd’hui.

J’ai eu aujourd’hui à ce sujet une conversation très intéressante avec Aurelia Chevalier, diplômée INP 2003, qui finit actuellement la rédaction d’une thèse aux Arts et Métiers sur l’enlèvement des adhésifs de rentoilage (au laser puis nanogels). Dans le cadre de ses recherches, elle a collaboré avec l’équipe de Piero Baglioni, de l’Université de Florence. Ils testent en ce moment des nanogels destinés notamment à « purger » les peintures murales de Florence du Paraloïd B72 apporté en excès dans les années 70.

Cette équipe a travaillé également au développement de la nanochaux, qui est une dispersion de nanoparticules de chaux dans l’éthanol, et qui s’utilise en consolidation minérale d’enduit ou de couche picturale (préférentiellement fresque ou couche picturale à la chaux). Ce produit est encore très confidentiel en France il me semble ; personnellement, je ne connais personne l’ayant mis en œuvre réellement sur un chantier. Les articles que j’ai lus semblent pourtant très prometteurs.

En consolidation de couche picturale mate, Aurelia Chevalier me proposait également, comme alternative aux adhésifs acryliques, le JunFunori ou la colle d’esturgeon. On rejoint ici la question posée plus tôt sur l’utilisation du Culminal et le fait d’utiliser ce genre d’adhésif en milieu non contrôlé et généralement très humide. Elle pense que le fait d’ajouter un antifongique à l’adhésif suffit à se garantir des risques de croissance microbiologique. Personnellement, je n’en sais rien, et j’aimerais beaucoup partager avec vous vos expériences si vous en avez !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélie



Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 16/05/2009

MessageSujet: B72 et consorts   Jeu 3 Déc 2009 - 21:15

Je suis confuse de ne pas apporter de références précises mais je crois que des travaux menés aux Etats Unis et bien relayés par Gilbert Delcroix (voir peut-être une publication de sa part sur le sujet...) mettait en évidence un problème de compatibilité avec le B72 et l'acétone. Etait-ce plus liés à des problèmes de jaunissement d'ailleurs que de réversibilité ?

En ce qui concerne les attaques fongiques sur les adhésifs type colle animale (gélatine et esturgeon) ou les éthers de cellulose il semble que le problème concerne essentiellement le produit frais si j'ose dire, et qu'une fois sec, ce soit moins risqué. On peut peut-être, pour se rassurer, se rappeler que toutes les sculptures en bois de nos églises ont une préparation faite avec de la colle de peau et qu'elles ne moisissent pas toutes (sauf peut-être au sens figuré...).

Effectivement la colle d'esturgeon, de toutes les colles animales, présente probablement les meilleures qualités surtout lorsque qu'on part des vessies natatoires telles quelles (c'est-à-dire non transformées par des produits chimiques) avec des chaînes moléculaires longues, donc un bon pouvoir collant et une bonne souplesse. Cependant la mise en œuvre est assez compliquée, d'une part il faut filtrer les vessies, de plus pour avoir un certain pouvoir collant, il faut une concentration suffisante qui fait qu'elle se solidifie très vite donc nécessité d'avoir son chauffe-biberon près de soi, ce qui, sur un échafaudage n'est pas le plus pratique. Et un des paramètres un peu rédhibitoire c'est le coût... après tout c'est le même poisson qui donne le caviar... En ce qui concerne les colles animales, j'ai un peu de biblio quelques part si ça intéresse quelqu'un, (des articles parfois contradictoires d'ailleurs...)

Je rejoins assez Claire sur l'idée nous n'avons pas intérêt en général à utiliser de trop fortes concentrations ou même de pratiquer des traitements extensifs de ce type, ne serait ce que par précaution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
françoise morin
Admin


Nombre de messages : 219
Date d'inscription : 26/02/2008

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Dim 6 Déc 2009 - 18:50

Amélie a écrit:


En ce qui concerne les attaques fongiques sur les adhésifs type colle animale (gélatine et esturgeon) ou les éthers de cellulose il semble que le problème concerne essentiellement le produit frais si j'ose dire, et qu'une fois sec, ce soit moins risqué. On peut peut-être, pour se rassurer, se rappeler que toutes les sculptures en bois de nos églises ont une préparation faite avec de la colle de peau et qu'elles ne moisissent pas toutes (sauf peut-être au sens figuré...).


en effet les problèmes biologiques apparaissent lorsque les produits cités sont sous forme liquide ou gélifié et c'est sans aucun doute au moment de leur mise en œuvre qu'il faut prendre les premières précautions sur le plan hygiénique (ajout d'anti fongiques dans l'eau par exemple).
Une fois seches, les colles naturelles sont moins sensibles aux développements biologiques. Les consignes sont tout de même de rester en dessous de 60% d'humidité relative.
Avec une bonne ventilation on peut espérer ne pas couvrir nos œuvres de moisissures trop rapidement,
MAIS IL FAUT ABSOLUMENT ÉVITER LA CONDENSATION.
Si le point de rosé est atteint à un moment donné, même quelques minutes, les moisissures peuvent pousser en particulier si l'œuvre est poussiéreuse ou tachée, ça ne sera pas forcement des beaux champis blancs épais que l'on trouve dans les arrières de sacristie, mais parfois des petites taches circulaires.

Si les moisissures se sont développées, elles ont fabriquées du mycélium et des spores de conservation. Comme le matériaux est poreux (bois, enduit, couche picturale craquelée...) on ne peut pas le nettoyer à fond, il restera donc des spores de champignon dans l'objet. DONC, si l'humidité relative de l'air repasse au dessus des 60% ça repoussera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JB



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Jeu 10 Déc 2009 - 18:25

Donc pas plus de réactions sur les vernis synthétiques et leur solubilité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emijolie



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 16/09/2013

MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Lun 16 Sep 2013 - 11:35

Des nouvelles concernant ce problème depuis décembre 2009?
Merci d'avance!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)   Aujourd'hui à 2:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réversibilité du vernis Paraloid? . (rumeur, nanotechnologie, résine, synthétique, naturelle)
» Delcroix (Auby 59)
» quel vernis mat utilisez vous?
» Vernis à retoucher Talens . (résine, cétonique)
» rumeurs d'un manager GW ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Conservateurs - Restaurateurs :: TECHNIQUES DE LA CONSERVATION - RESTAURATION :: Interventions-
Sauter vers: